FRONT SOUVERAIN : la machine infernale. Pour détruire un pays ennemi, il suffit de détruire ses racines.

 

Un sage chinois, il y a de cela plusieurs siècles, conseiller de son empereur, confia à ce dernier :

 Si vous voulez détruire un pays ennemi, inutile de lui faire une guerre sanglante qui pourrait durer des décennies et coûter cher en pertes humaines. Il suffit de lui détruire son système d’éducation et d’y généraliser la corruption. Ensuite, il faut attendre vingt ans, et vous aurez un pays constitué d’ignorants et dirigé par des voleurs. Il vous sera alors très facile de les vaincre. 

Commentaire du FRONT SOUVERAIN

1. En Chine pays d'origine de cet art de la guerre. La Chine, elle-même, en a été victime. 
Comment cela a-t-il été possible ? Cela pose d'entrée la question de l'enseignement et de l'éducation dans nos cultures...
L'empereur n'a-t-il pas pris en compte les propos de son conseiller ? L'empire a-t-il oublié ses propres enseignements ? a t-il été victime de cet art de guerre, avant ou après l'élaboration cette belle idée de guerre ? ou alors, est-ce un constat que la Chine nous livre sur son échec après l'avoir vécu ? La citation ne nous situe pas sur la période d'apparition, ni le nom et la période d'existence de ce fameux conseiller de l'empereur. 

Toujours est-il qu'en 1839, quand démarra le 1er conflit militaire de la guerre de l'Opium entre la Chine et la l'Angleterre, les intellectuels chinois étaient déjà bien noyés dans la drogue et la corruption. L'empereur Chinois n'avait plus qu'à constater sa défaite en 1842, car sa force intellectuelle était déjà décimée par l'Opium amené sur son territoire par les occidentaux pour déraciner ce qui faisait sa puissance, ses intellectuels.

La Chine a découvert une belle théorie de guerre, mais c'est les occidentaux qui l'ont expérimentée sur la Chine. Tout comme la poudre à canon, découverte par la même Chine, fût utilisée par les occidentaux pour couler les jonques chinoises pendant la guerre de l'Opium.

Nous sommes au xxieme siècle et la Chine s'en  remet, à peine grâce à
- ses langues, le mandarin en particulier
- sa monnaie, le YUAN
- sa puissante armée appuyée sur des millions d'hommes et sur une industrie militaire moderne.

• première leçon, 
vos propres inventions peuvent se retourner contre vous, si vous n'y prenez garde. Ainsi, Einstein se culpabilisa toute sa vie après le bombardement de Hiroshima et Nagasaki à sa formule E=mC2

2. En Afrique Noire
• deuxième leçon 
c'est nos propres enfants, les Noirs Africains, qui sont retournés contre leurs pays, leur continent.

Ce retournement de nous-mêmes contre nous, est fait de façon difficile à ce que nous ayons du mal à nous en départir, même si nous en prenons conscience. Car il est fondée sur des intérêts et des privilèges croisés des blancs avec ceux d'une minorité d'intellectuels noirs. Ce comportement fondé sur les bas instincts de l'homme,
génère chez le noir des sentiments contrastés de honte, et de frustration, mêlées à un complexe d'infériorité et de soumission volontaire. 

 Cet art de la guerre importée de l'Orient par l'Occident, puis appliqué à nos pays d'Afrique Noire, est plus puissant que la guerre de l'Opium. Il est si efficace qu'il développe en nous-mêmes, le syndrome de Stockholm, la servitude volontaire, le déni de soi, de sa culture, le mépris de sa couleur de peau noir ainsi que la perte de confiance en soi. C'est une machine infernale qui nous donne l'impression d'être enfermé, pour toujours, dans notre auto-destruction, puisque c'est nos propres intellectuels qui font désormais tourner la machine dans l'intérêt de l'Occident. Sans que celui-ci ait besoin même de demander de le faire.

• pour piller nos territoires, le blanc n'a plus besoin que de noirs africains pour le faire à sa place.
• pour combattre des idées de libération et d'émancipation, le blanc n'a plus besoin que du cerveau de nos intellectuels pour le faire.
• pour éliminer un Opposant à sa politique de domination, le blanc n'a plus besoin que d' un bourreau noir pour tenir le couteau ou le pistolet.
• pour gouverner nos territoires, le blanc n'a plus besoin que de ses préfets noirs.
• pour enseigner sa culture, ses moeurs, sa religion, au détriment de ceux, endogènes, le blanc n'a plus besoin que de ses missionnaires noirs.
• pour perpétuer son école coloniale, ses langues, sa vision du monde, le blanc n'a plus besoin que des intellectuels noirs.

La machine infernale fonctionne à plein régime depuis la traite des noirs où, quelques uns de nos rois sont tombés dans la cupidité et la complicité de ce génocide, jusqu'à nos États, aujourd'hui néocoloniaux, en passant par la colonisation proprement dite où les soldats qui combattaient aux côtés des officiers blancs étaient des Noirs africains.

La théorie dit: il suffit de détruire le système d’éducation du pays, y généraliser la corruption. Ensuite, vous aurez un pays constitué d’ignorants et dirigé par des voleurs.

Nous ne tenterons de convaincre à travers ces quelques lignes, mais au Bénin par exemple, le succès d'une telle guerre est une réalité encore tangible. Dans la confusion et dans l'errance, nos intellectuels tournent comme un hamster dans sa cage. Nous espérons que la lutte que mène le FRONT SOUVERAIN avec la Vision LMA finira par donner un coup d'arrêt à la rotation de cette cage , l'espoir renaîtra et nos intellectuels sortirons de la confusion.

La Chine commence à s'en sortir, quelle sont ses recettes ? Quelles seront les remèdes pour nous autres africains ? Comment les appliqués pour, petit à petit, nous aussi, sortir la tête l'eau d'une telle machinerie qui nous étouffe par ses pratiques et idéologies , dicibles et indicibles ?

Djomaïxa CODO
Porte-Parole
FRONT SOUVERAIN
15sept2020

keyboard_arrow_up